Le couple

Le couple

  • Le phénomène psychique
  • La rencontre
  • Actes du couple

Le phénomène psychique

Le psychisme est un processus qui est invisible au contrôle de l'individu et il ne peut qu'être que monotype. On peut changer de type de psychisme mais ensuite, on sera toujours dans un seul type d'acte. D'autre part, il y a dans un type de psychisme une maturation progressive. On ne passe pas d'un psychisme à l'autre d'un seul bloc. Notre article sur le voiser montre que cette différenciation d'un nouvel état psychique se produit, pas à pas, grâce à la médiation de la mémoire et des souvenirs. La mémoire vient de la pensée qui ne parle pas des faits mais de notre perception des faits. Cette perception est évolutive parce que le psychisme évolue. Beaucoup d'auteurs d'articles sont pragmatiques et mettent en avant une dynamique de changement continu. Nous ne sommes pas dans cette optique et nous condensons des séries d'étapes par des états globaux différenciés pour simplifier. D'autres auteurs utiliserons le mode romanesque qui a le défaut de mettre en avant le contrôle par la pensée, ou bien une métaphore théâtrale. Tout est un choix de présentation des idées de la pensée.

 

La rencontre

Revenons à notre sujet du couple. Contrairement à l'évidence, un psychisme qui est dans l'acte de regarder ou dans l'acte de toucher, a, en fait, un but principal qui est la formation d'un couple. Cet article va montrer comment ces actes sont ceux de la rencontre qui est le prélude à l'amour. En dehors du couple, il ne peut pas se trouver en contact deux individus dans le même état psychique, soit en réciprocité. Avant la finalité de l'amour, il y a un contact entre un individu en acte de séduire et un individu en acte d'attirer. C'est la rencontre. Il est facile de comprendre que l'acte d'attirer est un type d'acte de regarder et l'acte de séduire est un type de toucher.

Voyons le plus en détail. L'attirance est une sensation physique du corps à la vue d'un autre individu. Tout le corps prend possession de la sensation de l'individu dans l'acte de regarder. Cette sensation est la sensualité. La sensualité est la signature de l'acte de regarder en plénitude. Un acte peut toujours garder la trace d'actes préliminaires de l'action. Par exemple, un acte de guetter à la chasse peut garder la sensation de se rapprocher. Mais la transformation sensuelle de l'individu le fait passer dans un état spécifique. L'individu est incapable de lutter et de retourner en arrière. Il n'y a aucun passé. L'acte est une coupure totale de l'individu dans sa vie. Donc l'attirance est bien une fascination visuelle. A notre avis, c'est surtout l'acte du genre féminin.

Séduction maintenant. Le séduire est un acte qui vise à rapprocher les corps, rapprocher jusqu'à une sensation de toucher. On confond la séduction et la drague, c’est-à-dire la sensation de capturer le corps de l'autre sans le voir, une sensation de capturer pour envelopper. Le toucher est le début d'une possession du corps de l'autre. C'est, bien sûr, un acte du genre masculin. Les séducteurs font sans cesse des petits attouchements furtifs sous prétexte de guider et d'orienter l'autre dans des lieux inconnus. Séduire c'est laisser des traces de sensations qui vont faire office d'ancres kinesthésiques ; c’est-à-dire que toute attirance sensuelle nouvelle va rappeler cette rencontre par cette ancre. Dans le film de P. Almodovar "La piel que habito" la séduction de l'homme va jusqu'au remplacement total de la peau de l'autre partenaire.

 

Actes du couple

A partir du moment où ces deux actes sont satisfaits, l'existence en couple peut commencer. On remarque que la rencontre met en scène deux actes différents donc deux psychismes qui ne sont pas sur le même plan. Or, nous avons mis en avant que le la structure psychique est une suite linéaire d'actes dont tous les termes doivent être pris l'un après l'autre. Chaque terme produit un blocage du changement jusqu'à perdre tout pouvoir d'attraction. Il faut reconnaître que ce processus n'est pas suivi entre l'acte de voir et celui de toucher. Les termes sont échangés dans la rencontre. Il y a donc cette loi que la rencontre produit bien deux transferts concomitants des actes ou deux stimulations de deux psychismes l'un par l'autre mais les psychismes sont décalés. En somme, c'est une sorte de précaution ou de redondance. Les actes de regarder et de toucher sont sur un même niveau et interchangeables. Il faut bien comprendre que la rencontre d'un individu 1 dans un état psychique 1, produit une stimulation psychique 2 dans un individu 2. Sinon il y aurait une simple copie des individus. Mais la réciprocité des psychismes se retrouve à nouveau dans l'acte d'amour.