Retour aux passions

2- Retour aux passions

Influence

 L’imaginaire

 Les éléments de blocage

 Les éléments d’avancement

 Essai d’analyse historienne

Influence

Nous avons donc une première piste de notre analyse : les hommes se différencient des autres espèces par une psychologie, c'est-à-dire un ensemble de comportements. Les passions humaines suivent ou forment des réalités qui sont mises en lois. Il faut donc analyser leurs actions politiques au regard de ces lois comme le fait la magistrature pour les lois de l’État.

Si l'Assemblée nationale est au dessus du peuple, si le seul garde-fou contre les dérives possibles de l'Assemblée est le roi (jusqu'à 1958 !), cela correspond au fait qu'il existe au dessus du Moi de l'individu un élément psychique qui le domine temporairement. Cet élément est situé dans une zone imaginaire du psychisme et il prend le contrôle sur le Moi (le roi). Cet élément est le Soi qui prend différentes formes imaginaires qu'on appelle les instances en fonction des actes. Ces instances correspondent aux différentes classes ou partis représentés.

Les membres des Sociétés sont représentées dans l'imaginaire par les groupes de personnages statiques qui se réduisent progressivement à un seul. C'est le dernier qui lance le déplacement vers le but.

Ce n'est qu'un début. Notre sujet philosophique est l'autorité et non pas le pouvoir qui est un concept politique et nous allons montrer comment la raison y fait illusion. Il est tout de même intéressant de voir renaître ce pouvoir après ce long hivers de la monarchie en ce 17 mai 1789 grâce à Sieyès dans l'hôtel des Menus Plaisirs pour le rassemblement des députés des États Généraux.

Rousseau aurait raison. Nous avons bien deux comportements ; nous avons la raison du Moi et la pulsion du Soi.

L’imaginaire

Qu'est-ce que l'imaginaire ? L'imaginaire se manifeste comme une succession de scènes visuelles. Vous voyez ces scènes le plus nettement dans vos rêves. Première scène : vous êtes jetés dans un paysage extérieur à votre vie. Vous devez vous déplacer. Il faut trouver les moyens de vous déplacer. A supposer qu'un moyen (jambes, véhicule, bateau, avion, etc..) vous soit lié, vous partez. Le moyen vous est donné uniquement si vous avez fait un autre rêve de déplacement pour retrouver le groupe. A chaque rêve vous utilisez les moyens d'un rêve précédent ce qui entraîne l'idée d'un imaginaire structuré. Vous ressentez une grande angoisse car vous voyez des obstacles à votre déplacement le plus souvent sous forme de monstres qui cherchent à vous paralyser. Notez que si vous êtes poussé à vous déplacer par un groupe, vous pouvez être aussi bien poussé par rien vers un vide ce qui produit un accès d’effroi. C’est de là que partent les paralysies de vertige dans la réalité devant un espace vide : une tentative d’action en solitaire sans le groupe.

Tout le monde connaît ces rêves. Ce sont des rêves parfaitement typés. C’est ce que montre ce souvenir de Freud dans L'Interprétation des rêves [Die Traumdeutung, éd. PUF 1967] (les termes entre crochets sont de nous) : « Sur la route de notre villégiature de vacances, nous avions eu un accident de voiture. [première scène sur deux] Nous, c'est-a-dire un petit groupe d'amis médecins [groupe], notamment le professeur R […] [groupe réduit au dernier] avions marché péniblement [déplacement repris] dans la nuit d'une forêt obscure. [obstacles] Arrivés enfin dans une auberge [site], un homme à la peau sombre, un baron L. nous demande s'il peut faire quelque chose. […] » [autorité] Voilà comment le rêve nous montre des archétypes en séquence que partagent tous les humains.

Les éléments des rêves seulement diffèrent entre les individus. Par contre les types d' éléments des scènes : paysages, personnages actifs, sont parfaitement constants. On peut parler d’archétypes en tant que figures communes à tous les humains. Notre thèse part du constat que ces archétypes imaginaires se retrouvent dans nos actions réelles1.

Sur l'organigramme, on voit que l'acte résulte d'un processus complexe. L'individu rencontre un autre dans le réel. Cela stimule un petit-A dans l'imaginaire et une relation de désir. Le désir est une relation de projection à un second petit-A parlant d'un objet. Lorsque l'individu rencontre dans le réel un objet qui correspond, la parole est enclenchée automatiquement.

Les éléments de blocage

On reconnaît facilement les éléments d'obstacles dans des monstres des récits canoniques par exemple, les voyages d'Ulysse, le roi d'Ithaque ou dans la littérature fantastique.

Témoin le rêve du personnage paralytique raconté par Dostoïevski dans L'Idiot. Ici nous avons une seule scène, la chambre, car c'est un cauchemar pur qui montre l'échec d'un essai de déplacement bloqué par un monstre : « Je me voyais dans une chambre qui n'était pas la mienne, […] Dans cette chambre j'aperçus un animal effrayant, une sorte de monstre […] A ce moment ma mère ouvrit la porte et appela Norma notre chienne […] Elle [la chienne] se précipita dans la chambre et s'arrêta comme pétrifiée en face du reptile, […] »

Témoin encore les scènes de l'arrivée d'Emma Bovary chez le marquis d'Andervilliers (les termes entre crochets sont de nous) : « Le boc de Charles s'arrêta devant le perron du milieu ; [déplacement] des domestiques parurent ; [obstacles] le Marquis s'avança [autorité], […] » Et Emma va faire une visite dans la noblesse.

Les éléments d’avancement

Si vous découvrez dans la scène un but lointain à votre déplacement, l'angoisse disparaît et vous vous retrouvez dans un nouveau site où vous êtes accueilli par un personnage. Cet individu c'est le représentant d'un pouvoir. Le pouvoir n'existe que dans les représentants. Alors vous êtes entré dans le site (un pouvoir), dans une société. Bien entendu ce pouvoir n'a pas le sens strict d'un lieu de la Souveraineté du peuple. Mais il en possède l'effet. Le pouvoir existe dans votre imaginaire c'est-à-dire que vous êtes contraint de le supporter sans réaction pour pouvoir développer votre imaginaire plus en avant autrement dit, en trouvant le sens qui chasse l'angoisse. D'où cela vient-il ? Mystère pour le moment. Mais passer d'un site imaginaire à un autre donne un sentiment positif de sens. Emma Bovary est obligée de passer par le cirque du vicomte, la Vaubyessard, pour sortir de son endormissement et le roman prend son envol. On peut constater que ce pouvoir est représenté par la noblesse chez un Flaubert en cette année 1853 ce qui est choquant pour nous mais qui est d'un sens profond pour un Flaubert. Le pouvoir est là, en vous-mêmes, tapi dans vos rêves. Il n'y a que le pouvoir pour vous donner le sentiment de sens. Ce sentiment du sens est aussi constant que celui de l'angoisse. Ce sentiment de sens prend la place de celui de l'angoisse. Ce qui est fondamental pour l’individu c’est d’avoir un projet c’est-à-dire un sens de la vie. L’individu qui n’a aucun sens n’a jamais rencontré d’autorité c’est-à-dire qu’il n’a jamais rêvé d’un Sur-A2.

Nous pouvons voir des personnages types et plus encore , des archétypes, dans nos rêves et nous allons voir que ces archétypes imaginaires se retrouvent dans les actions et notamment toutes les actions politiques. Nous reviendrons plus loin sur le mystère des facteurs.

Qu'est-ce qu'a été l'imaginaire jusqu'à présent ? rien. Que peut-il être ? Tout.

Essai d’analyse historienne

Récapitulons le code imaginaire qui conduit au pouvoir puis à l'autorité, cette autorité est contrairement à toute logique ce qui libère l'individu :

1 Dans un paysage , vous vous sentez la possibilité de vous déplacer

2 Vous êtes attiré dans ce déplacement vers un groupe (risque de vertige)

3 Un membre particulier du groupe vous attire et vous pousse à vous diriger vers un but lointain

4 Vous êtes angoissé et vous rencontrez des obstacles monstrueux

5 Vous découvrez une nouvelle société et un pouvoir

Vous rencontrez une autorité de cette société qui est postée sur le devant, un représentant passif.

Examinons les actes du 17 juillet 1791 avec le point de vue d'un parisien ce qui en fait notre analyse historienne :

1 Vous sortez de chez vous dans la rue à Paris

2 Vous vous rendez à un cercle ou à une société des Cordeliers

3 L'organisateur vous apprend que le représentant du pouvoir est en dispersion

4 Vous êtes angoissé et bloqué par des obstacles monstrueux…

Les séquences imaginaires 1 à 3 sont bien suivies par le Moi. Mais la stase 4 diverge du fait de l'absence de pouvoir. Vous êtes contraint de régresser à la stase 3 pour trouver un autre site. Cela sera le Champ de Mars. En réaction de quoi l'Assemblée Constituante avec ses meneurs jacobins sera dissoute et recomposée avec d'autres personnalités plus civiles que philosophes.

Vous allez dire que c'est une interprétation forcée. Nous vous répondrons que nous n'en sommes qu'au début de la séquence imaginaire. Après une croissance de la séquence, vous serez contraints d'admettre que la correspondance n'est pas qu’une interprétation ponctuelle.