Bilan

Chapitre 5

Bilan

Voilà nous avons traité l'idiot à travers le regard que lui donne le capitaliste ou l'artiste. L'idiot est celui qu'il n'est pas.

Le capitaliste n'est pas un étranger sans nation et qui ne connaît pas les codes. L'artiste n'est pas un élu des dieux.

Je n'aime pas les synthèses parce qu'elles sont une réaffirmation obstinée de l'idéologie donc de l'erreur. Néanmoins je propose ce diagramme de synthèse des phénomènes psychiques. Vous noterez que ce diagramme est à deux lignes car la subjectivité est effectivement dédoublée.

actespsy2

Vous voyez sur ce schéma l'interprétation du contre-homme. Ces diagrammes nous mettent en évidence ce qu'est la projection comme un plongeon à l'élastique dans l'abandon du moi. Cette création est l'interprétation subjective. Au départ vous avez une pulsion imaginaire qui est sans existence concrète. C'est une immanence. Elle est reprise soit par la perception soit par la pensée qui lui confère une forme, une essence. Cette interprétation est de nature différente de la réalité. Et pourtant elle est pour nous la seule réalité. Le contre-homme capitaliste invente un monde comme l'artiste. Mais il y a plus, le schéma vous montre que la création est aussi interprétation d'interprétation. Mais alors où resterait la vérité ? Quelle serait la vérité ? On s'aperçoit que l'humain actuel a une insuffisance, insuffisance à croire, à s'arrêter à la perception brute, impossibilité à voir les choses sans idéologie.

On se rend compte que la subjectivité est une interprétation du monde sans aucune référence au monde. La misanthropie est due à l’incertitude de l’autre. L’idiotie est l’incertitude de soi.