Notre Représentation

NOTRE REPRESENTATION

25 août 2020

Notre représentation

Le langage

Limite de la représentation

 

Chapitre 1

Tout individu passe une grande part de son temps à se connaître pour pouvoir s'engager dans des actions avec assurance. L'individu reconnaît et classe soit des comportements sensoriels soit des représentations imaginées. La dessus, il vient s'établir dans le langage, soit dans la pensée ou la parole.

Savoir et limite de la psychologie

Voilà toutes les bases de l'individu qu'il faut considérer. Dans les années 1980, une psychologie, la PNL, est arrivée en Europe avec des idées précises sur ces bases. Actuellement , en 2020, la PNL est toujours d'actualité mais masquée comme une technique particulière dans des psychothérapies (citons au moins un exemple: "Derrière la magie", J. Cayrol, De Saint Paul, 1984, éd 2005 InterÉditions qui va me servir de référence principale uniquement par commodité ). Il nous paraît intéressant de reprendre certains concepts.

La première observation que l'on peut faire est que les comportements sensoriels et imaginés plus le langage tels que considérés dans la pnl sont essentiellement nos défenses contre une réalité extérieure agressive. D'un côté, on doit s'y attendre puisqu'on a recours à la pnl uniquement que pour se dégager soit d'un malaise interne soit d'un trauma externe. Si on a recours au plniste, on nous dira que c'est parce que nos défenses ne sont plus adaptés, notre situation réelle ayant changé. Le langage même est pris comme arme défensive. Le langage est surtout utilisé dans la conversation; la communication est réactive; la pensée est peu considérée. On se rend compte que la pnl est focalisée sur les comportements extérieurs et les sensations. Le traitement d'un trouble, par exemple un trauma, consiste à rajouter une seconde sensation derrière la sensation de peur ce qui la réduit à l'anodin.

La représentation

Or l'individu passe les trois-quarts du temps à  reconnaître ses représentations intérieures et donc les sentiments. Le sentiment est la seule marque d'une action extérieure sur l'imaginaire. Si la chose demande autant d'effort c'est que l'individu ne peut pas les capter directement. En vérité, ces représentations sont inaccessibles. Elles sont situées dans l'imaginaire qui n'est jamais contingent c'est à dire présent au moi. L'individu ne peut que les subodorer par le moi grâce aux actes. La représentation exacte étant inaccessible, elle ne se découvre que par défaut. C'est l'être non vu, non connu par une sensation mais ressenti. La représentation se découvre comme n'étant pas vue ou comme distincte de celle de l'autre individu de ma vue. Je ne peux voir mon moi que comme différent d'un autre. Tous les individus ont la sensation d'être uniques sur la terre. Notre représentation est un mystère permanent et c'est pourquoi certains individus se donnent des manières d'être qui sont fausses et mal copiées. C'est d'ailleurs le principe même du moi : le moi copie une représentation douteuse. Mais si elle semble suffire, c'est qu'elle est bien confirmée par un phénomène réel. Elle est confirmée par le sentiment dans l'acte.

Le plniste considère que sa mission consiste à recharger nos capacités sensorielles dans l'écoute ou l'Auditif, dans le Visuel ou le regard et dans le Kinesthésique ou la sensation. Ce sont les capacités fondamentales (VAK) de la PNL (plus O pour Olfactif ). Toute représentation du monde réel de l'individu est composée dans une ou deux de ces formes sensorielles. Le VAKO est l'objet principal de la thérapie pln.

Ce que dit la psychanalyse

Il existe une autre thérapie psychique qui s'intéresse au sentiment, c'est la psychanalyse. Si l'individu tombe dans une dépression c'est qu'il ne connaît qu'un sentiment unique et fixe. Le moi est une représentation construite, qui est provisoire par essence. Le moi est constamment en recherche de nouveaux sentiments. Si l'individu reste fixé, c'est que le sentiment a été importé d'un autre individu qui est une autorité non accessible. La psychanalyse essaye de retrouver la scène de contamination, scène dite "primitive" pour en changer le sens.

Une vision différente

Dans tous nos essais, en partie de philosophie (en tant que psychologie individuelle), nous avons mis en avant un axiome totalement différent car l'individu n'utilise ses capacités uniquement que pour lui-même, complètement en dehors du monde des autres. Toute sensation apportée par un autre n'influence pas sa représentation. La sensation n'intervient que dans l'acte et n'est pas considérée. D'autre part, pour nous, le langage c'est d'abord la pensée puisque la parole, c'est la conversation donc une relation subie à l'autre. La conversation est d'abord une défense du moi contre un autre en tant que, nous l'avons vu, différent, à représentation différenciée qu'il faut réfuter. Dans la seconde partie de nos essais philosophiques, nous avons essayé de montrer les suites des relations du moi aux autres avec des petits récits subjectifs d'actions. La sensation ne change rien.

Le monde a changé. Commencement que nous voyons mal. Nous avons aujourd'hui la capacité de remplacer les autres par des robots sinon par un système numérique. C'est ce que nous avons cherché dans ces systèmes : le remplacement des autres. Mais ce n'est pas pour bannir toute relation. C'est la relation avec l'autre qui est différente. On va nous rétorquer que la relation hommes-femmes s'est totalement appauvrie puisqu'elle se fait par réseaux numériques mais les témoins parlent d'abord de changement plus que de fin. Tout ceci nous montre que l'individu ne change pas sous l'action du monde mais il se change de lui-même.

 

suivant>>